manque de ressource florale

Le déclin des abeilles est aujourd’hui un sujet sensible. Les apiculteurs ont l’objectif de faire réagir les pouvoirs publics pour remédier à cette situation pour cette année 2016. Le principal problème est la négligence des facteurs tels que le pesticide et bien d’autres.

Le monde de l’apicole voit noir

La production de miel est de plus en plus absente sur le marché français. Cela est dû à la forte hausse du taux de mortalité des abeilles depuis maintenant plusieurs années. Ce phénomène est appelé « colony collapse disorder » soit l’effondrement des colonies. Cette année, la production de miel est 4 fois moins abondante qu’il y a 20 ans.

Manque de solutions efficaces

Un des facteurs les plus marquants quant à la naissance de ce phénomène est dû à une erreur de procédé. Les pouvoirs publics ont pris comme résolution de se concentrer sur les « pesticides » pour essayer de régler le problème. Certes cela pouvait être une cause, mais pas la seule.
L’utilisation des néonicotinoïdes par exemple a été interdite. Cette substance composée principalement de Cruiser perturbe les capacités des insectes à naviguer correctement, et les empêche de retourner à domicile. De ce fait, les butineuses ne sont plus opérationnelles, ce qui contribue au déclin apicole.
Certes, cette résolution a pu amener quelques changements, mais cela s’avère être très insuffisant en comparaison à la vitesse et à la quantité de la mortalité des abeilles. Découragés, le nombre des apiculteurs a chuté de 4% en seulement 6 ans précise le spécialiste Lubéron Apiculture. Cela ne fait que renforcer le déclin du monde de l’apiculture.

Les autres facteurs

En se concentrant sur les effets néfastes que peuvent engendrer l’utilisation de divers pesticides sur les fleurs, le pouvoir public a oublié le reste. Le manque de ressource florale ainsi que le volet sanitaire sont également des points à prendre en compte.
L’établissement d’un nouveau réseau de biodiversité pour les abeilles est donc actuellement primordial pour éviter que la filière apicole ne disparaisse en France. Nous pouvons prendre exemple sur les diverses méthodes utilisées à l’étranger en ce moment, qui semblent bien fonctionner. En Roumanie par exemple, la production de miel a doublé en 10 ans.

L’urgence sanitaire

Concernant le volet sanitaire, des virus font aussi ravage dans ce secteur. On y trouve par exemple le virus de la paralysie chronique des abeilles ou CBPV (en savoir plus sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_noire). Ce virus a fait d’importants dégâts surtout parce que nous avons manqué de ressources disponibles pour pouvoir le contrer assez rapidement.
Cette maladie appelée « maladie noire » a affaibli fortement la production des ruches. Elle est d’autant plus contagieuse et affecte de nombreuses exploitations apicoles. Le seul moyen est de créer dans l’urgence des ressources suffisantes pour contrer ces phénomènes.