Investir dans l’immobilier en démembrement, les avantages de la « pierre papier »

Investir dans l’immobilier, c’est une idée judicieuse mais le faire dans l’investissement direct doté de nombreuses contraintes (telles que la gestion, la paperasse, les formalités notariales, etc..) n’apporte absolument aucune garantie quant au devenir de ce placement et surtout à sa rentabilité future. Effectivement, si le marché se retourne, le capital investi s’effondre, aux frais du contribuable…

Les assureurs ont beau établir toutes les garanties spécifiques qu’ils veulent pour lutter contre ce problème, elles coûtent toutefois très cher et les fonds ne sont pas récupérables. Autrement dit, on y perd quand même des plumes. Dans ce cas, comment l’immobilier peut-il construire une retraite fiable sans risque ?
La réponse est simple : il faut acquérir des biens immobiliers en démembrement afin de bénéficier des droits de l’usufruit et de la nue-propriété ainsi que des avantages qui s’y rattachent, effectuer un placement en pierre papier, qui se trouve être la meilleure alternative à l’investissement locatif et les inconvénients qui lui incombent.

S’il achète son patrimoine à crédit, il bénéficie aussi des avantages de la nue-propriété et dispose donc d’une déduction fiscale sur les résultats et de l’augmentation de l’actif de son entreprise, d’une faible mobilisation de trésorerie, d’une minimisation des potentiels risques en cas de décès puis d’un prix de revient au final inférieur aux contrats classiques que les assureurs proposent dans l’investissement direct auquel il faudra encore ajouter la récupération du capital de départ !

Bien plus qu’un complément de retraite, une opération très rentable.

Grâce à l’acquisition de biens immobiliers en démembrement, l’entreprise bénéficie non seulement de l’usufruit temporaire mais en plus, elle continuerait à percevoir les loyers si son dirigeant venait à décéder.
Au terme de cet usufruit temporaire, le dirigeant devient seul et unique propriétaire des biens immobiliers dans lesquels il aura investi et ce, pour un prix de revient global inférieur au quart de sa valeur…

Les efforts d’épargne se révèlent importants, les intérêts d’emprunt déductibles, la famille est protégée et le capital retraite multiplié par quatre. De plus, le chef d’entreprise n’a pas à payer d’ISF, d’impôts sur la durée ou encore de plus-value. Plus qu’un complément de retraite, une telle opération rend le chef d’entreprise gagnant sur tous les tableaux.

Vivant, il perçoit des loyers s’il loue ses biens ou des capitaux s’il opte pour leur vente. Décédé, ses prêts sont remboursés par les assurances décès et sa famille est à l’abri.
Il est à noter que, toujours à la fin de ce-dit usufruit temporaire, les héritiers du défunt percevront les loyers ou recevront une somme correspondant au prix de la vente des biens.

La défiscalisation immobilière oui, des risques inconsidérés, non !

La défiscalisation immobilière est vraiment la solution qui permet de s’assurer une retraite paisible. Acheter des parts de SCPI n’engendre pas de frais d’acquisition plus conséquents que ceux habituellement pratiqués par l’immobilier en direct. Par bonheur, le risque est modéré par la stabilité de la SCPI, la liquidité est assurée, le capital investi sécurisé et le risque de tout perdre en cas de problème quelconque voire de chute du marché est totalement absent.

De plus, le minimum à investir est faible et donc aisément accessible (à partir de 1000€ la part) et le délai entre vente et achat est bien moins long que dans l’immobilier en direct. Ajoutons à tout cela que cette pratique jouit d’un recul conséquent (plus de vingt ans d’existence) contrairement aux récentes lois Robien, Malraux, Scellier, Méhaignerie, Girardin et autres; ce recul offre une garantie complémentaire quant à la sécurité du placement.

Tout chef d’entreprise investissant dans l’immobilier au travers de parts par l’intermédiaire des SCPI, c’est-à-dire dans l’immobilier en démembrement, verse le montant qu’il souhaite (en respectant évidemment le minimum requis) et réalise au final de substantielles économies d’impôts.

Faire le choix d’un cabinet de gestion de patrimoine indépendant.

Les contrats sont vérifiés scrupuleusement par tous les co-signataires (avocats, comptables, notaires) et chacun rédige une réponse personnelle établissant les responsabilités de l’entreprise ainsi que de son patron. L’opération en elle-même peut être orchestrée par un cabinet de gestion de patrimoine indépendant. Recourir à un opérateur spécialisé dans ce type d’opération n’est pas obligatoire mais vivement conseillé, tant pour les choix effectués que pour le déroulement effectif de l’opération.

Le chef d’entreprise bénéficie donc, à court terme, d’entrée régulière de revenus puis, à long terme, de défiscalisation et tout cela, sans avoir à se préoccuper de la gestion de son patrimoine immobilier dont il aura pu déléguer les soucis et qu’il aura également diversifié.
Voilà le secret pour défiscaliser et préparer sa retraite avec l’investissement immobilier quand on est chef d’entreprise !

Source : http://www.la-retraite-en-clair.fr/cid3190812/independants-chefs-entreprise-completer-retraite.html