investissement

Longue et parfois risqué est la route de celui qui veut se lancer dans l’investissement immobilier, surtout s’il veut en faire sa principale source de revenus. Le marché de l’immobilier est assez prévisible. Mais parfois, il peut être dévastateur pour l’investisseur immobilier.

Connaitre tous les aspects du marché

Les critères pour évaluer le marché de l’immobilier sont nombreux, mais il y a ceux qui sont à toujours prendre en compte. D’abord, l’état général de l’économie d’un pays est un indicatif important. Quand il y a beaucoup de chômeurs, il faut s’attendre à un marché assez pointilleux. Logiquement, l’offre est nettement supérieure à la demande. Donc, il se peut que la clientèle pour les locations soit rare. En conséquence, les banques sont moins enthousiastes. Puisqu’elles estiment que le secteur est un secteur à risque pour un investisseur immobilier.
Par contre, si l’investisseur immobilier se trouve dans un pays où le secteur a du répondant, les critères changent. Nul besoin de se casser la tête, il se doit de recourir aux services d’un expert en la matière. Les courtiers immobiliers sont là pour assurer ce travail. Ces derniers s’occupent de tout, de la prospection, à l’achat, aux négociations avec la banque, l’assurance… En résumé, il représente son client qui peut vaquer à ses occupations quotidiennes. Il n’est pas seulement un facilitateur, il trouve les meilleurs emplacements, les meilleurs crédits et, si besoin, les locataires.

Investir pour des bénéfices

L’investisseur immobilier doit savoir qu’il doit rentabiliser son placement. Et ce n’est pas une affaire de quelques annonces diffusées ici et là. Dans le jargon du marketing, il doit véritablement s’attaquer au marché. Sachant qu’il y a deux types d’investisseurs, celui qui est propriétaire d’un seul bien. Ce dernier loue pour rassembler un pécule à sa retraite ou pour léguer un patrimoine à sa descendance. Il a souvent un emploi fixe. Ensuite, il y a le professionnel de l’immobilier. Lui se consacre uniquement à son affaire. Il vît des loyers et possède plusieurs biens en location.
En matière d’immobilier, les américains sont très en avance. Chez eux, il est possible d’investir dans des « actions » immobilières. Par exemple, un investisseur immobilier lance un projet de construction de plusieurs résidences de vacances. Il fait appel à des personnes qui veulent placer des fonds dans ce projet et leur promet une part des bénéfices. De cette manière, ces personnes n’ont rien à faire que d’attendre tous les fins du mois leur gain. Ce procédé est aussi possible en Europe. De plus, c’est une solution pour investir sans s’engager personnellement.

Vivre de l’immobilier, une réalité

La grande question est de savoir s’il est possible de vivre de l’investissement dans l’immobilier. La réponse est oui. De nombreux exemples à travers le monde l’attestent. Dans ce cas, l’investisseur immobilier doit avoir l’étoffe. Ce secteur est parfois dur, assez pour faire reculer les tâtonneurs. Cependant, dans des pays comme la Belgique, il est possible d’y réussir. Les belges sont réputés pour avoir confiance à la brique que d’autres secteurs. Par rapport aux autres pays européens, c’est la Belgique qui possède un grand nombre de propriétaire immobilier.

Les connaissances de base

Avant de se lancer, l’investisseur immobilier doit bien définir ses objectifs. Sans cela il risque de s’embrouiller. Un bon investisseur doit connaitre, au moins, les bases et les différents concepts qui régissent le marché de l’immobilier.